AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Cloud of sorrow [RP Libre]
MessageSujet: Cloud of sorrow [RP Libre]   25/6/2016, 16:54


Tu étais là, étendue dans la vaste prairie, ton regard parcourant le ciel nuageux de cette après-midi maussade. Tu étais allongé depuis quelques minutes, profitant d’un bref moment de répit dans ta marche en quête de savoir et pourtant, le temps te semblait comme être stoppé dans son élan, comme si le monde s’était arrêté, lui aussi, pour souffler. C’était dans ce genre de moment que tu te rendais compte à quel point tu étais si petite dans ce vaste univers et qu’il te restait tant encore à parcourir et à découvrir. Peut-être, sans doute même, que tu n’aurais jamais le temps de voir tout ce qu’il y avait à voir. Quel dommage que la nature ne t’ait pas doté d’un don te permettant de vivre plus longtemps que la normale, ni que tu ne sois née Tuathas. Mais même ces plaintes, tu n’avais que guère le temps de les laisser t’envahir.

Alors tu te relevas et observa les environs. Tu voyais au loin le gigantesque cerisier, symbole de la frontière entre les deux anciennes nations qui se vouaient une guerre farouche, ainsi que le gigantesque et non moins magnifique édifice qui montait la garde. Tu avais entendu dire que c’était devenu un lieu dangereux et pourtant, tu désirais ardemment arpenter ces anciens couloirs pour en découvrir les secrets. Ta soif de connaissance et de découverte, sans doute. Et puis, tu étais une Sabines, une guerrière comme tant d’autre de ton peuple, qui se battaient farouchement contre de bien dangereuses créatures dans ta contrée réputée pour être un des lieux les plus dangereux d’Askembla. Alors bon, tu n’avais que peu d’appréhension à aller là-bas. Tu ramassas ta lance qui te servait tout aussi bien de bâton de marche et tu entrepris de te remettre en route, à un rythme plus rapide cette fois-ci. Le vent qui venait de se lever ne t’inspirais pas confiance et te retrouver dans un orage ne te plaisait pas plus que cela. Il faudrait, au moins, que tu arrives à l’abri avant que le pire n’arrive.

Bien sûr, la chance n'était pas de ton côté et à peine avait-tu parcouru une ou deux centaines de mètres que déjà la pluie t'avait rattrapée. Et il te restait encore un petit chemin à parcourir avant d'atteindre l'ancien bâtiment pour t'y abriter. L'idée de te retrouver ne te plaisait guère aussi, tu décidas de faire usage de ton don, un minimum, certes, mais juste assez pour que les gouttes d'eau qui auraient normalement te toucher dévient et tombe à côté. Avec la pluie, tu ne pouvais guère faire plus, la quantité d'eau étant loin d'être suffisante pour permettre un usage correct de ton hydromancie. D'ailleurs, tu ne pouvais pas stopper toutes les gouttes, ce qui justifiait d'ailleurs que tu te dépêches. Tu avançais, commençais même à courir lorsque la pluie se voulut plus importante et enfin, enfin tu arrivas à te mettre sous une des nombreuses arcades de pierre de la structure. Elle était assez grande pour que plusieurs personnes puissent s'y tenir et tu décidas d'attendre là un court instant avant de continuer ta progression. Il ne te restait que quelques mètres avant de pouvoir accéder à l'intérieur des ruines mais tu préférais prendre ton temps, histoire de prévoir un véritable plan d'action. Il fallait que tu prévois absolument tout, même l'improbable.
 Sabines
Sabines

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cloud of sorrow [RP Libre]   29/6/2016, 21:51

Cloud of sorrow
feat. safia
Il y a dans ce monde un endroit qui, désormais, semble incarner le calme lui-même. Un lieu où la verdure se marie avec extrême élégance aux traces de la technologie. Tu as voyagé durant des mois, si ce n'est des années. Tu en as même vu des choses dans ce monde, Hestia, mais jamais un autre endroit que ces ruines ne t'a fait autant d'effets. La mélancolie que connaît cet endroit est palpable à miles lieux d'ici, sur terre et en mer; probablement comme dans les airs. Tu peux les apercevoir au loin, ces restes, traces du passé qui hantent encore les mémoires de plusieurs peuples. Peuples marqués par les batailles de la vie. Ce n'est guère celui auquel tu appartiens qui était le plus concerné mais pourtant, tu as ce sentiment de ressentir ce que les autres ressentent en venant ici : de la tristesse. Ce n'est ni la première et probablement pas la dernière fois que tu viens ici. Tu es attirée par la singularité de ces pierres, par l'attitude malpropre qu'arbore cet bâtisse. Elle est comme toi après tout Hestia, elle est crasseuse et délaissée.

Tu ne t'es jamais approchée, préférant observer au loin. Plusieurs fois, tu as usé de la longue-vue de ton navire. Plusieurs fois, tu as hésité à franchir le pas. Celui de marcher plus près, à un tel point que tes doigts pourraient effleurer les murs. Tu n'en as rien fais. Tu t'es juste assise, misérable, à t'enfoncer dans tes sombres pensées. Loin de ton peuple, de ta patrie. Loin de ton navire, de tes amis. Errante en puissance, de nature, en essence, tu cherches l'aventure comme tu te cherches encore. Les autres ne comprendraient pas si tu t'expliquais, alors tu gardes tout cela au fond de toi, cachant ce mal qui te ronge derrière le drapeau noir qui flotte au bout du mat. L'image se marque dans ton esprit; ton navire te manque. Tu ne sais plus depuis combien de temps tu n'as pas toucher le ponton. Tu ne comptes plus, la peur au ventre. Quel mauvais capitaine. Le nœud au fond du ventre, tu sais que ton équipage mérite bien mieux. C'est pour cette raison que tu as annoncé que tu prenais un temps de repos, pour te ressourcer. Et tu étais partie, le fleuret accroché à ta ceinture.

Tes pas t'ont menés ici, mais tu étais parfaitement consciente d'où tu allais. L'errance planifiée, diras-tu. Celle que tu contrôles et qui te donne l'impression d'être forte et sûre de toi. Tu es audacieuse, Hestia, et tu es prête à te le prouver aujourd'hui même. Tu ne sais pas si c'est véritablement une bonne idée, mais tu es parée. Ces lieux ne t'effrayent plus, désormais, ne te subjuguent plus. La magie qu'ils exerçaient sur toi n'est plus. Fièrement, tu gonfles le torse, persuadée de ne rien craindre. Ton choix est fait. Tu t'élances sans perdre de temps, ne faisant attention à rien d'autres si ce n'est ta destination. Tu as assez perdu de temps à te lamenter sur ton sort; mais le temps n'est pas en ta faveur. Tu n'as pas fais attention, mais il commence à pleuvoir. Miséricorde, te dis-tu. Tu te persuades que ce n'est qu'une petite pluie et ne te presse pas. Or, lorsque celle-ci devient plus brutale, la réflexion n'a plus sa place. Tu accélère juste, espérant que les pierres se rapprochent plus rapidement. Tu accélère et glisse. Face contre sol, les mains boueuses. Tu te relèves, cette horrible impression d'être aussi sale qu'à tes premiers instants. La terre était humide et l'eau n'a en rien aidé. Lorsque ton corps s'est étalé, la boue a giclé. Et tu les sens. Tu les sens, ces goûtes vaseuses qui collent entre tes plumes. C'est désagréable, si ce n'est immonde.

Alors tu te dépêches, mais bien plus attentive cette fois-ci. Une erreur t'a largement suffi. Et les erreurs, tu les as enchaîné durant toute ta vie. Après ce qui te sembla être une éternité, tu arrives enfin à un abris. Tu ne regardes pas autour de toi, ne perdant pas de temps pour te secouer, tel un animal, afin d'enlever le maximum d'eau que ta peau n'a pas absorbé. Les cheveux totalement en pagailles, aplatis contre ton visage. Les genoux verdis par la chute, les mains boueuses. Les ailes collées, aplaties contre ton dos et entre elles. Un pigeon passé sous une douche sale, digne d'un bidonville. Tu frottes tes paumes contre les plis de ta robe afin de les sécher, pestant contre la météo en même temps. Tu ne prêtes pas attention à ce qu'il y a autour de toi, bien trop concentrée sur ton propre état. Mauvais jour pour venir ici. L'envie de faire marcher arrière est présente, mais le temps ne te le permet pas tout de suite. Tu as probablement quelques minutes pour y réfléchir. Tu soupires, pestes de plus belles, allant même à taper dans un mur avec ton pieds, ce qui te blesse plus toi que l'enceinte.

En soit, tu ne vas sûrement pas passer une bonne journée.
Nouveau membre

Messages : 41

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cloud of sorrow [RP Libre]   1/7/2016, 12:16


Il y a quelques moments dans une vie où l'incrédulité, la surprise et l'incompréhension prennent le pas sur tout le reste. Et là, c'était le cas pour toi, Safia. Tu avais remarqué cette petite silhouette au loin, à vrai dire tu l'avais remarqué lorsqu'elle était tombé dans ce sol sale et boueux, et tu ne pouvais t'empêcher de te sentir peinée pour elle. Mais, alors même que tu étais encore dans cet état d'esprit, la jeune femme t'avait rejoint sous le porche de pierre, sans pour autant te remarquer outre mesure, et s'ébrouait juste sous tes yeux. Oui, ébrouer est le terme le plus juste, pas la peine pour toi d'en chercher un autre pour te montrer moins acerbe, il n'y avait aucun autre mot pour décrire cela. Tu en restais sans voix, jusqu'à ce que les premières gouttes d'eau sale te percutent le visage. Mais qu'était-elle en train de faire, juste à tes côtés, sans un regard pour toi ? Ce n'est pas comme si vous étiez dans un lieu public, rempli de monde et où on ne fait pas forcément attention à ceux qui nous entourent, non, vous étiez seules, juste vous deux, rien d'autre que cette pluie battante pour vous isoler encore plus du reste du monde. Maladroitement, tu tentas d'éviter le gros de l'averse qui venait de la femme à plumes -Oui Safia, tu avais bien remarqué des ailes- lorsque cette dernière donna un violent coup de pied contre le mur de pierre en face. Bien sûr, pas besoin de demander qui des deux avaient gagnés.

Le bruit provoqué par le coup de pied t'avait sorti de ton état second et enfin, tu décidas d'agir un peu plus. "Euh... Excusez-moi, mademoiselle ?" Une prise de parole qui ne côtoyait pas réellement le danger, qui ne respirait pas non plus l'audace et l'originalité. Mais cette dernière qualité, ton interlocutrice l'avait déjà bien assez exploré comme cela pour l'instant. "Vous ne vous êtes pas fait mal, j'espère ? Que ce soit contre ce mur ou lors de votre chute, tout à l'heure. Cette dernière avait l'air violente, de ce que j'ai pu en voir à cette distance." Tu parlais doucement, avec un visage partagé entre l'inquiétude et l’amabilité. Car tu étais ainsi, Safia. A toujours te soucier pour les autres et à toujours vouloir te montrer gentille avec eux. A tes risques et périls, bien souvent.

_________________
 Sabines
Sabines

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cloud of sorrow [RP Libre]   11/7/2016, 11:57

Cloud of sorrow
feat. safia
Tu as ton pieds entre tes mains désormais, jurant dans un peut tous les sens. Cela fait un mal de chien, même si tu es un oiseau. De plus, tes semelles couvertes de boues te salissent les doigts, malgré qu'un peu de terre se soit collée au sol de l'abri. Tes dents qui s'enfoncent dans la chair de tes lèvres afin de retenir des petits gémissements de douleurs. Tu détestes être faible, Hestia, mais ta stupidité va parfois de pair avec le premier. Tu as les yeux qui piquent, tu le sais. Tu as presque envie de pleurer, mais tu te retiens. Tu te retiens car une voix raisonne. Et qui dit voix dit personne, sauf s'il s'agit d'une hallucination divine liée à la douleur ou à tes parjures. Lorsque l'on t'interpelle, tu as le réflexe de te retourner instinctivement, les mains sur les hanches, le torse bombée, comme si rien de tout cela ne s'était produit. Tu as cet air fier sur ton visage, même si tes yeux sont un peu rouge et que ton sourire est crispée. L'apparence avant tout; il faut sauver l'apparence avant les femmes et les enfants. Hélas, ton apparence semble déjà avoir été brisé, car on t'annonce que tu as été vue. Qu'elle t'a vue. Et c'est la fin, c'est ta fin. Merde. Le mot roule entre tes lèvres comme le pire des jurons alors que tu te permets de te relâcher, portant ton visage entre tes mains, salissant au passage tes joues sans même que tu ne le saches. Tu es stupide Hestia, c'est un fait universel que plus personne ne peut nier.

Devant toi se trouve une femme aux cheveux bleus, espionne de tes faiblesses. Elle a sur son visage cette inquiétude que tu ressens comme de la pitié, celle qu'on donne aux faibles ou aux bébés. Elle a du le voir, car l'espace d'un instant un éclat de rage passe dans ton regard, avant que tu ne te rendes compte que c'est n'est pas le meilleur moyen d'agir, loin de là. Alors tu te décides de hocher la tête, plaçant sur tes lèvres un sourire presque angélique. Oh, pardonnez mon langage, avais tu commencé, je suis un peu à bout de nerfs ces derniers temps … Tu as joute à cela un mouvement de bras, comme pour lui faire comprendre de quoi il est question ici. Du mur, de la boue, peut-être même de la fatigue ainsi que le manque profond de la mer sous tes pieds, mer pour laquelle tu avais saturée. Je vais bien, je crois … continua presque innocente, te montrant un peu gênée. Mais j'avoue être un peu affamé, ce qui ne m'aide en rien. Pas de pitié, tu n'as pas vraiment faim mais tu te décides d'en profiter un minimum. J'ai fais une longue route pour venir ici, vous savez ?


Dernière édition par Hestia le 14/7/2016, 01:47, édité 1 fois
Nouveau membre

Messages : 41

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cloud of sorrow [RP Libre]   13/7/2016, 23:13


Tu ne savais guère comment réagir avec cette impétueuse inconnue. Car entre cette espèce de retourné voulant donner l'impression que tout allait bien, ce juron impromptu, cet instant de rage profond suivi d'une douceur mielleuse et de cet air innocent presque malsain... Tu ne pus que rester silencieuse durant tout cet enchevêtrement de sentiments et de mots. Non pas que tu ne désirais pas répondre Safia, plutôt que tu ne le pouvais pas. Car tu ne savais pas la réaction que ta réponse allait déclencher chez cette Obake. Aussi te fallut-il quelques secondes, courtes pour autrui mais ô combien harassante pour toi, pour savoir quel mot employer dans pareille situation. "Eh bien... Je ne puis vous en vouloir d'un tel langage, après tout, vous n'avez pas l'air d'avoir eu beaucoup de chance. Est-ce que votre pied vous fait encore souffrir ?" Bien sûr, ton moment d'hésitation ne dura pas et bien vite c'est au galop que ton naturel revint à toi, avec cette naïve gentillesse qui te faisait t'inquiéter en permanence pour autrui. Tu étais même prête à user de ton don pour elle, si cela pouvait un peu apaiser la détresse de cette inconnue. Tu fouillas ensuite dans la petite besace que tu transportais à ta taille et tu en sortis une petite friandise que tu avais acheté à Canis Majoris -non, plutôt une des survivantes de la quantité astronomique de friandises acheté là-bas- et tu lui tendis dans un sourire aimable. "Et, bien que ce soit plutôt léger, voilà qui pourrait peut-être calmer votre faim." Tu t'adossas ensuite à l'édifice, jetant un rapide coup d’œil à l'entrée des ruines qui se profilaient plus loin. La pluie tombait toujours mais à une cadence un peu moins rapide. Il faudrait encore quelques minutes pour savoir si cette dernière s'installerait pour la journée ou si elle s'estomperait petit à petit. Aussi tu pouvais te lancer dans une conversation pour faire passer le temps et découvrir un peu plus cette jeune fille. "Et donc, d'où venez-vous exactement ? "

_________________
 Sabines
Sabines

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Cloud of sorrow [RP Libre]   

Contenu sponsorisé


 
Cloud of sorrow [RP Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fly High :: Frontière oubliée-
Sauter vers: