AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Une amitié de longue date || Pv: Safia
MessageSujet: Une amitié de longue date || Pv: Safia   27/6/2016, 20:35

Une amitié de longue date
Ton esprit vaquait sur diverses occupations qui ne cessaient de tourmenter ton esprit. Depuis que Leaticie était partie, tu avais cette impression de vide, comme s’il te manquait quelques choses. Une impression désagréable, dont tu voulais te débarrasser sans attendre. Comme pour essayer d’évacuer ce trop plein de sentiments négatifs, tu décidas de te promener dans les rues de Varuna, ta ville, ta nation. Comme toujours quand tu étais dans cet état, tu laissais tes pas te mener n’importe où dans la capitale, prenant un chemin quelconque bien que ton inconscient avait décidé de te mener droit vers l’aquarium, un lieu dans lequel tu aimais flâner quand tu avais le cafard ou que tu sentais ton morale au plus bas. Ce lieu t’avait toujours inspiré calme et sérénité, peut-être à cause de sa couleur dominante bleutée, ou peut-être à cause de ses animaux aquatiques qui se laissaient admirer à travers la bulle d’air qui encerclait le quartier. Tu n’avais jamais vraiment su, mais ce que tu savais c’est qu’au fond de ton cœur, tu adorais cet endroit plus que tout au monde. Comme toujours depuis que la ville était accessible depuis la surface, de nombreux voyageurs se tenait ici et là peuplant les ruelles tout en donnant une sorte d’animation, parfois festive, parfois tranquille malgré les gens qui s’y retrouvaient. C’était devenu un des endroits les plus visités de part sa beauté et de part sa richesse en boutique et restaurant. Un bel endroit pour les rencontres, mais aussi pour profiter de la ville de Varuna tout en y admirant ses merveilles. Le nez en l’air, les yeux brillants d’émerveillement, tu t’amusais à suivre le parcours d’un poisson qui se différenciait des autres, grâce à sa couleur vivifiante et colorée. Il semblait comme intrigué, par l’agitation au-delà de son habitation, et sa curiosité l’avait alors poussée à se rapprocher de cette étrangeté, surveillant d’un air neutre ce qu’il se passait à l’intérieur de cette bulle. Du moins, c’est ce que tu avais conclu en voyant son comportement, mais généralement tu n’avais jamais tort. Après tout, la faune aquatique ça te connaissait, ce n’était pas comme si tu étais assez proche d’eux de part tes facultés. Souriant quelques instants, tu décidas de reporter ton attention sur la route qui se déroulait devant toi, satisfaite, jusqu’à ce que tu aperçoives au loin, une silhouette qui te paraissait fort familière. Des longs cheveux bleus clairs, aussi bleutée qu’un joli ciel découvert. Des vêtements blancs mettant en avant la douceur d’une peau claire et parfaite. Cette démarche gracieuse qui semblait faire bouger ce corps avec légèreté. En un instant, tu te mis alors à sourire, reconnaissait cette stature entre mille. Elle seule pouvait correspondre à cette description et elle seule avait cette élégance que personne d’autre ne possédait. Souriant malicieusement, tu fis ralentir tes pas, préférant passer discrètement pour mieux surprendre cette demoiselle du nom de Safia. Il y avait bien longtemps que tu n’avais pas revus la belle demoiselle et en cette journée morose, cela te faisait plaisir de la revoir. Peu à peu, tu réduisis la distance qu’il y avait entre vous et tel un chat, tu te glissas dans son dos, approchant ta main de son épaule gauche avant de tapoter doucement dessus comme pour l’interpeller, mais au dernier moment, tu fis un pas de côté sur sa droite pour disparaître de sa vue, avant de te mettre à rire, lui faisant cette fois face. Tu aimais parfois la taquiner, bien que cela fût plus gentillet qu’autre chose.

« Coucou Safie ! Désolée, je n’ai pas pus m’en empêcher ! » Tu te frottas doucement la tête, avant de la regarder droit dans les yeux. « Je suis trop heureuse de te revoir ! Comment vas-tu ? »

Tu l’accueillis avec un grand sourire sincère, prenant la demoiselle un bref instant dans tes bras avant de la relâcher et de lui sourire à nouveau. Tu avais toujours agis ainsi avec les personnes que tu considérais comme tes amis les plus proches. Témoignant d’une affection sans faille pour eux. Cela pouvait aller de l’accolade, à des petits surnoms, selon la préférence de la personne. Car, tu savais que selon l’humeur, certaines choses étaient plus ou moins appréciables. Prenant les mains de la jeune femme dans les tiennes, tu la regardas sous toutes les coutures avant de froncer brièvement les sourcils. Depuis le temps que tu la connaissais, tu savais que Safia était une femme adorable et gentille, ce qui parfois pouvait lui causer du tort, ce qui ne cessait de t’inquiétait, surtout quand tu la retrouvais et dans ces moments-là, tu ne pouvais t’empêcher d’en faire trop.

« Tu m’as l’air assez pâlotte Safie… On dirait que tu as maigris aussi… Tu manges bien ? Tu te repose assez ? On dirait que tu as des cernes… Tu n’en fais pas trop j’espère ? Gare à toi si tu ne prends pas assez soin de toi ! J’espère que tu fais gaffe n’est-ce pas ? »

Les mains sur les hanches, un air sévère sur le visage, tu regardas la jeune femme tout en attendant sa réponse, ainsi que des explications. Tu te faisais sûrement des idées, mais tu savais que la demoiselle passait plus le temps à se négliger, qu’à penser à elle et à sa santé. Aussi, tu ne pouvais la laisser faire, préférant la gronder encore et encore, plutôt que de la voir se détruire à petit feu.
 Matsya
Matsya

Messages : 204

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   28/6/2016, 11:45


Tu avais eu envie de te reposer un peu, de te ressourcer dans ton petit voyage qui t'avait guidé à Varuna. Tu étais désireuse de découvrir certains livres Matsyas traitant de l'histoire de leur cité et de leurs peuples, de leur installation sous le lac gelé à nos jours. Tu étais arrivé le matin même et, avant de te plonger dans tes recherches, l'envie de te balader t'avait peu à peu gagné. A vrai dire, la cité sous l'eau possédait un charme incroyable auquel tu avais du mal à rester indifférente. C'est donc le plus naturellement du monde que tu t'étais dirigée vers l'aquarium pour te détendre et observer les différentes merveilles que le monde marin pouvait obtenir. Tu étais là depuis déjà plus d'une heure, à tenter de différencier les différents types de poissons qui se présentaient devant toi -sans succès- lorsque quelque chose vint te tapoter l'épaule. Naturellement, instinctivement, tu te retournas sur ta gauche pour n'apercevoir personne. Non, tu entendis juste un rire léger, clair et agréable à l'écoute. Le rire d'une personne que tu connaissais bien et à qui tu voulais rendre visite pendant ton séjour. Enfin, tu y avais pensé, mais tu sais très bien, Safia, qu'une fois que tu as la tête dans tes livres, tu ne penses à rien d'autre et tu en oublie même ce qui te fait plaisir. Au final, c'était une très bonne chose qu'elle t'ai trouvé par hasard. "Calista ! Bien évidemment, une blague de ce genre, ce ne pouvait-être que toi. Je vais très bien, et toi alors ?" Tu répondis à son étreinte sans aucune gêne, restant sommes toute très naturelle avec cette amie chère à ton coeur. Tu ne lui avais pas donné de surnom car à tes yeux, Calista était un patronyme trop beau pour être raccourci mais qu'elle t'en affubles d'un ne te gênait pas outre-mesure.

Puis vint le moment auquel tu n'échappais jamais avec elle. Tu l'avais déjà senti arriver lorsqu'elle te pris les mains et qu'elle commença à poser sur toi ce fameux regard inquisiteur, savant mélange d'inquiétude et de fausse sévérité. Tu ne pus t'empêcher de sourire en remarquant cela, appréciant grandement cette attention particulière qu'elle te portait. C'était son caractère et tu trouvais que cela donnait à cette jeune femme un charme tout particulier, une présence unique soutenue par sa personnalité unique. Elle était à la fois l'équivalent d'une grande sœur, d'une confidente, d'une enfant chahuteuse et d'une force de la nature sur laquelle tu pouvais compter. Mais malgré tout cela, lorsque ses reproches commencèrent à tomber, tu commenças à te demander si ça n'aurais pas été mieux de ne la croiser que demain, après que tu te sois reposée, pour qu'elle n'ait pas à s'inquiéter autant sans raison. Car même si tu appréciais qu'elle se soucie de toi, tu te souciais d'elle également et la voir faire passer le bien-être des autres avant le sien te laissais une impression amère. Tu devrais, toi aussi, lui faire ces mêmes reproches, qu'elle pense un peu plus à elle qu'aux autres. Mais tu n'osais jamais lui faire part de ces angoisses que tu éprouvais pour elle. "Tu t'en fais trop, voyons. Je suis arrivé à Varuna ce matin, j'ai voyagé de nuit et la fatigue commence à me rattraper, voilà toutt. Une bonne nuit de sommeil et tout cela ne paraîtra plus." Tu voulais éviter de parler du fait que, deux jours auparavant, tu avais utilisé ton don pour soigner un inconnu dangereusement blessé et que depuis, tu n'avais toujours pas pris un véritable repos. L'utilisation de ton pouvoir de guérison t'affaiblissais grandement et le repos était de mise après son application, pour récupérer cette force vitale que tu sacrifiais pour autrui. Mais tu savais bien qu'avec Calista en face de toi, ce petit secret ne prendrait pas longtemps avant d'être découvert. D'autant plus que ton corps te semblait de plus en plus lourd... Tu voulais juste une heure avec ton amie, une heure supplémentaire avant de te reposer et de te rétablir. "Comment vas-tu ? Je trouve toujours très étonnant de voir autant de Matsyas dans cet aquarium... Vous n'avez qu'à sortir de la ville pour non seulement voir, mais en plus faire partie d'un spectacle plus beau encore. D'autant plus qu'avec ton don, tu ne risques pas grand chose." Le changement de sujet, voilà ce que tu sais bien maîtriser, Safia. Et puis, tu sais aussi comment parler à ton amie, comment aborder les sujets qui pourront lui faire penser à autre chose, comme son pouvoir, ou ses aptitudes de Matsya.

 Sabines
Sabines

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   2/7/2016, 22:56

Une amitié de longue date
Comme à chaque fois que tu voyais Safia, tu ne pouvais t’empêcher de t’inquiéter pour elle, surtout quand elle te semblait bien plus fatiguée que d’ordinaire. Attendant patiemment ses explications, tout en gardant ton air autoritaire, tu l’écoutas alors se confier, sans lui couper la parole certes, mais tu continuais à la regarder avec ton regard inquisiteur. Bien qu’elle semble dire que tu en faisais trop, tu savais qu’avec elle, ce n’était jamais assez, aussi, tu ne pus t’empêcher de la regarder longuement dans les yeux, essayant de décerner si elle te disait bien la vérité. C’était une façon comme une autre de la déstabiliser et très vite, dés qu’elle eut finis de s’exprimer tu te mis à prendre une moue peu convaincue, tu avais la nette impression qu’elle te cachait quelques choses.

« Tu m’as l’air sacrément fatiguée pour quelqu’un qui a juste voyagé qu’une nuit…»

De nouveau, tu posas tes mains sur tes hanches, arquant un sourcil pour être sûre que la jeune femme ne te défierait pas. Tu avais toujours tendance à tirer les vers du nez, surtout quand tu tenais fortement à la personne qui te faisait face. Connaissant Safia, tu avais peur de comprendre que celle-ci avait fait de nouveau appel à son don de guérison. Un don extraordinaire à tes yeux, mais qui était bien trop dangereux pour sa propre vie. Aussi, tu n’aimais pas savoir qu’elle l’utilisait, même si c’était pour venir en aide à quelqu’un dans le besoin. Tu n’aimais pas savoir qu’elle se sacrifiait pour un parfait inconnu et encore moins qu’elle s’inflige du mal en toute connaissance de cause. Tu l’aimais beaucoup trop, pour la laisser n’en faire qu’à sa tête et même si ça l’épuisait, tu ne pouvais t’empêcher de la moraliser sur les dangers de son pouvoir. Alors que tu espérais une confidence de la part de Safia, celle-ci ne tarda pas à demander de tes nouvelles, tout en détournant légèrement le sujet sur Varuna et son superbe aquarium. Cela te faisait plaisir de voir qu’elle aimait cet endroit et qu’elle en appréciait sa beauté et au fond, tu ne pouvais t’empêcher de ressentir une certaine fierté. C’était ton univers après tout.

« Je vais très bien, t’en fais pas pour moi ! Toujours la forme. » Tu te tournas alors vers l’aquarium, souriant à pleine dent, avant de faire face à ton amie, tout en te détendant petit à petit. « Aha, je vois ce que tu veux dire. Mais tu sais, parfois c’est aussi bien d’être spectateur, ça permet de mieux admirer la nature, sans qu’elle en soit perturbée par notre présence. » Puis tu penchas doucement la tête, semblant légèrement embarrassée. « C’est vrai que toi, tu ne peux pas respirer sous l’eau, c’est dommage, j’aurais bien voulus te montrer tes endroits encore plus beaux… Peut-être qu’un jour ça  sera possible… »

Prenant un air cette fois-ci pensif, tu te mis à imaginer ce que pourrait donner des personnes autre que des Matsyas sous l’eau. Après tout, ton peuple s’était habitué petit à petit à cet environnement pour acquérir cette connaissance et cet atout. Peut-être en serait-il de même pour les autres habitants de la surface ? C’était une idée à méditer, mais tu préféras la garder pour toi-même pour le moment, car pour l’heure, tu étais encore inquiète concernant l’état de ton aînée. Croisant les bras, tu plongeas de nouveau tes yeux océans, dans ses yeux d’ambres, ne cherchant même pas à cacher ton angoisse qui était ouvertement visible sur ton visage.

« Dit-moi ma chère Safie, concernant ton voyage, tu n’aurais pas omis quelques détails pour me cacher quelque chose ? Hum ? »

Tu ne voulais pas qu’elle te mente, mais il fallait aussi se faire à l’évidence que tu étais parfois bien trop insistante sur l’état de santé de tes amies. Tu étais inquiète c’était un fait, mais parfois tu en faisais bien trop. Le pire, c’est que tu en avais pleinement conscience. Soupirant contre toi-même, tu décroisas alors les bras, lançant juste un fin sourire à ton amie, comme pour relâcher la pression.

« Bon en tout cas, si tu es trop fatiguée, n’hésite pas à me le dire. Je préfère te laisser te reposer, tu as l’air d’en avoir grandement besoin. » Tu te mis de nouveau à sourire, levant subitement ton index comme un reproche. « Sache néanmoins, que ça ne t’exempte pas de ma question précédente. »

Fidèle à toi-même, tu ne pouvais la laisser se défier, bien qu’au fond, tu n’insisterais pas si elle te maintenait que seul le voyage l’avait réellement éreintée.
 Matsya
Matsya

Messages : 204

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   3/7/2016, 00:49


Évidemment, elle avait su lire en toi comme dans un livre, Safia. Ta vaine tentative pour changer de sujet n'avait servi à rien. Calista tenta de trouver ce que tu lui cachais, avec cet air qui lui était propre, ce mélange de colère et de gentillesse, d'inquiétude et d'appréhension. Et ta tête qui commençait à tourner... "Ma chère Calista, tu ne changeras donc jamais...  Que pourrais-je bien te cacher ? A moins que tu ne sois intéressée en détail par mes lectures ? J'ai lu, hier, un terrible roman d'amour qui était à l'apothéose du romantisme ! Le genre d'amour impossible auquel personne ne saurait résister." Avec délicatesse, tu saisis sa main et la redescendis un peu pour pouvoir continuer ta route, invitant ton amie à te suivre. Tu plaças ensuite ta main contre une grande vitre sur le côté tout en continuant d'avancer, ton regard se posant plus souvent sur le contenu de l'aquarium que sur ton chemin. Tu découvris alors une énorme créature, semblable à une de ces baleines qui nageaient autour des bateaux et pourtant différente. "Dis-moi, tu connais le nom de ce... Poisson ? Bien que je pense qu'il s'agisse plus d'un mammifère marin... Ces taches blanches sont plutôt atypiques et très joli."

Tu continuais ta conversation, attirant son attention sur autre chose que ta personne. Qu'elle ne se rende pas compte que tu te tenais à la vitre pour rester debout. Ta vue se brouilla légèrement l'espace de quelques instants et tu te concentras pour essayer de ne plus y penser, de passer à autre chose. Tu restais cependant droite, ne montrant aucunement ton appui ou un quelconque signe de faiblesse. Non, de loin, les gens devaient plutôt penser que tu étais si intrigué par l'aquarium que tu n'arrivait plus à ne pas le toucher, comme le font les enfants, mais avec plus de délicatesse que ces derniers. "Parle-moi un peu de toi ! Que t'est-il arrivé de beau ces derniers temps ? Je veux tout savoir ! Te connaissant, tu as dû te retrouver embarquer dans quelques folles aventures, ou au moins quelques combats de rue bien mérité, non ?" Oui, ton amie était ce genre de personne, à répondre facilement à la provocation, à céder à ses pulsions et à agir avant de réfléchir. Étant totalement différente, tu trouvais cette facette de son caractère incroyable et tu l'enviais même un peu. Bien sûr, tu la réprimandais souvent suite à ces excès de colère, mais cette facilité qu'elle avait de se laisser "déborder" par ses émotions te plaisaient grandement. Tout en parlant, tu continuais ta marche tout au long de ce grand couloir, laissant les habitants des fonds bleus passer autour et au dessus de vous deux. Un spectacle qui ne cessait jamais de te surprendre et de t'intimider.


_________________
 Sabines
Sabines

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   4/7/2016, 15:12

Une amitié de longue date
Tu n’avais pu te contenter des explications de ton amie que tu trouvais peu convaincante. Elle avait l’air bien trop fatiguée pour quelqu’un qui n’avait voyagé qu’une seule une nuit, et pourtant, elle continuait d’insister sur le fait qu’il n’en était rien. Elle semblait même vouloir détourner la conversation en te parlant d’un livre qu’elle avait lu la veille, le genre de récit, qui ne t’intéressait pas des masses, tant tu trouvais cela secondaire.  Toi, tu préférais les livres d’aventures et de combat palpitant, mais tu savais qu’il y en avait pour tous les goûts, aussi, tu n’étais pas du genre à critiquer la lecture des autres. Soupirant lentement, tout en regardant Safia dans les yeux, tu décidas de ne plus insister dans tes questionnements. C’était difficile, car tu savais que quelques choses n’allaient pas, mais tu allais sûrement l’énerver plus qu’autre chose à force de trop persister sur son état. Ce n’était pas la peine de l’exténuer plus que nécessaire, mais tu comptais bien garder un œil sur elle et son état. Car après tout, tu ne pouvais t’empêcher de vouloir la protéger. Que ça soit contre les autres, tout contre elle-même.

« Aha, tu as l’air sûre de toi concernant l’attraction de ton roman. Je ne suis pas sûre qu’il m’intéresse, mais l’important c’est que toi, il t’ait plu. »

Tu préféras donc rentrer dans son jeu, laissant sa main prendre la tienne, sans rien n’ajouter de plus. Enfin si, tu lui adressas juste un fin sourire, avant de suivre son invitation et de continuer à flâner dans les ruelles du grand aquarium. Tout comme Safia, tu passais plus ton temps à regarder l’océan au travers de la bulle, que la route qui s’étendait à perte de vue. Tu avais toujours préférée les beaux paysages au reste du monde, comme si tu aimais en capter les merveilles et les trésors qu’ils t’offraient. Ce fut ton amie qui te sortit de ta rêverie, te demandant des renseignements sur un mammifère qui nageait tranquillement aux abords de Varuna. Avant de lui répondre, tu le regardas un bref moment, admirant la grâce qu’il dégageait en se déplaçant, avant de sourire à nouveau, mais cette fois avec douceur.

« Bonne déduction, c’est bien un mammifère marin. Il s’agit là d’un orque. Comme tu l’as remarquée ses tâches blanches le différencient de ses congénères. Il est beaucoup moins impressionnant que son cousin la baleine, mais il est tout aussi agréable à regarder. »

Tu continuas de porter ton attention sur le monde marin, observant la faune et la flore qui décorait cet univers calme et bleuté. Même en l’observant du coin de l’œil, tu ne te rendis pas compte que Safia commençait à faire un malaise, ce qui aurait pus te faire culpabiliser si tu l’avais su. En même temps, la jeune sabine était experte dans l’art de se montrer forte en toute circonstance. Un peu comme toi d’ailleurs, quand on y pense. Tu fus même attendrit par cette illusion qu’elle donnait, de part sa façon de se tenir contre la vitre. On aurait dit une enfant qui regardait pour la première fois un aquarium grandeur nature. Mais très vite, ton sourire se transforma en une grimace quand ton amie te demanda finalement des nouvelles de toi. Tu ne pouvais parler de ton inquiétude concernant Laéticie. Tu ne voulais pas embêter Safia avec ce genre de choses, mais grâce aux paroles de la sabine, tu pouvais dériver ta préoccupation sur ton caractère mordant, et comme pour jouer ton rôle, tu croisas les bras d’un air boudeur, tournant la tête, comme l’aurais fait un enfant capricieux.

« Eh ! Dit que je fais que de me battre ! Je ne suis pas comme ça ! » Puis tu te mis à rire, frottant l’arrière de ta tête d’un air gêné. Tu savais que tes paroles étaient plus ridicules qu’autres choses, mais au moins, tu ne t’en cachais pas. Car, tu avais conscience que ton sale caractère, te mettait dans bien des galères, bien que là, elle fût plus gentillette qu’autre chose. « Bon d’accord, j’ai participé à quelques combats… Bien évidemment je les ai ratatinés bien comme il faut ! Ça leur apprendra à sous-estimer une femme ! »

S’il y avait bien une chose que tu détestais, c’est que l’on te considère comme une fille faible et fragile. Tu avais appris l’art du combat depuis ton plus jeune âge, tu avais été promis à une carrière de soldat, — qu’au final tu avais refusée certes — mais ce n’était pas pour entendre que tu étais incapable de porter un coup. Alors bien sûr, quand on te provoquait ouvertement sur le sujet, tu ne pouvais laisser ses médisances continuer à se déverser. Tu préférais les arrêter avec tes poings, prouvant en même temps que tu étais à des années lumières de ce qu’il s’imaginait sur toi. Bien sûr, il t’arrivait de te prendre de cuisante défaite, mais jamais contre tes persécuteurs. Contre eux, il était hors de question que tu abandonnes, ne serait-ce que par fierté. Alors que tu cherchais comment raconter ton quotidien à ton amie, tu eu soudainement une illumination. Tu savais que Safia était éreintée par son voyage et même si la vue de l’aquarium reposait un peu l’esprit, la foule et le bruit environnant devait être tout aussi accablant pour elle. D’un geste, tu attrapas alors son poignet, lui adressant un regard malicieux avant de lui lancer un sourire amusé.

« Je viens d’y penser ! J’ai quelques choses à te montrer ! Suis-moi ! »

Et sans même attendre son avis, tu la tiras avec toi, commençant à t’éloigner de la foule en passant par quelques ruelles qui étaient beaucoup moins remplies que la route principale. Les minutes s’écoulèrent, mais heureusement elles ne furent pas longues. Car très vite, tu aperçue ce saule pleureur que tu aimais tant. Il était là, seul dans le calme et la tranquillité absolue. Tu ne savais si d’autres personnes connaissaient l’endroit, mais en tout cas, aujourd’hui il y avait personne. Personne à par toi et Safia naturellement. Cet endroit était l’origine de plusieurs souvenirs que tu chérissais. Tu adorais venir ici en présence de Laéticie. C’était votre cachette, votre repère, et tu te souvenais même de ses longues journées où tu l’écoutais chanter tout en te reposant grâce à sa voix. En y repensant, cela te faisait un peu mal, surtout que maintenant tu ne la voyais plus depuis son voyage, mais tu décidas de ne pas trop y penser, préférant profiter du moment présent avec Safia.

« C’est super n’est-ce pas ? On peut voir l’aquarium tout en profitant du calme des lieux. C’est mieux que le brouhaha de la foule n’est-ce pas ? Puis… Ça te permettra de te reposer un peu. »

À ses dernières paroles, tu adressas un clin d’œil à ta chère Safia. Bien sûr, tu soulignais bien plus qu’un seul repos, car après tout, rien ne l’empêchait de faire une petite sieste sous ce saule. Personne ne serait là pour la dépouiller de ses biens et de plus, tu étais là pour la protéger au cas où. Un rôle que tu savais tenir à la perfection, car comme toujours, tu aimais faire passer tes amis avant toi et en ce moment même, tu voulais faire passer les envies de Safia en priorité. Peut-être qu’elle ne dormirait pas, peut-être qu’elle voudrait rester éveillée, néanmoins, elle pourra au moins se reposer, ce qui pour toi, n’était pas négligeable.
 Matsya
Matsya

Messages : 204

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   5/7/2016, 20:10


Tu aimais réellement passer du temps avec Calista, à ses côtés, tout te semblait sans réelle importance, comme si tu oubliais tous de tes soucis et problème. Et ce lieu qu'elle t'avait trouvé, que tu ne connaissais absolument pas, te laisser rêveuse. C'était un endroit d'une majestueuse beauté et d'un calme profond. Toi qui étais une Sabines, tu ne pouvais qu'apprécier ce lieu de verdure et tu te plaças directement devant le saule pleureur, posant ta paume contre son écorce. Malgré toutes les merveilleuses choses que tu découvrais dans tes voyages, ta condition faisait que la nature et la verdure te rendait toujours si nostalgique. Peut-être ne devrais-tu pas tarder à retourner chez toi, pour revoir les tiens ? "Décidément, tu ne lâches jamais l'affaire, hein ? Mais si cela peut te faire plaisir, je vais m'asseoir un instant." Cela ne t'étonnait même plus de sa part, mais tu ne pût t'empêcher de laisser s'échapper un petit soupir d'exaspération, suivi aussitôt d'un sourire moqueur. Une vraie mère poule. Un comportement qui, même s'il te plongeait parfois dans ton passé, te plaisait grandement. Tu t'installas donc, dissimulant le soulagement que cela te procurait. Tu te devait de tenir encore un peu, juste le temps de finir cette balade et de rentrer te reposer. "C'est réellement un lieu magnifique... Dis moi, je voulais te poser une question depuis un petit moment déjà, mais... Que dirais-tu de venir un jour dans un de mes voyages ?"

C'était réellement une idée qui prenait de plus en plus d'ampleur dans ton esprit ces derniers temps. Elle avait le tempérament et la force de volonté pour surmonter toutes les situations et vous pourriez ainsi partager un excellent moment. Et surtout, tu pourrais enfin en apprendre un peu plus sur elle. Car à force de se soucier encore et toujours de ta personne, elle parvenait à esquiver la plus petites des questions un peu personnelles que tu pouvais lui poser. Là, au moins, elle n'aurait pas trop le choix. Restais à savoir si cela était possible pour elle, ou si tu devrais l'emmener de force. "Je penses réellement que cela te plairait, tu dois forcément avoir des lieux à visiter des choses que tu as envie de découvrir et de faire, non ?" Ton esprit recommençait à s'embrumer, l'utilisation abusive de ton don t'avait définitivement affaibli. Tu le sentais, il ne te faudrait pas longtemps avant de t'effondrer. Mais tu avais abordé un sujet qui te tenait trop à cœur, tu ne pouvais pas céder maintenant.


_________________
 Sabines
Sabines

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   8/7/2016, 17:41

Une amitié de longue date
En voyant les réactions de ta chère Safia, tu fus plus que satisfaite de l’avoir emmené ici. C’est vrai que sur le coup, tu n’avais pas directement pensée au fait qu’une sabines adorait tout ce qui était en rapport avec la nature. Tu avais plus pensée à l’état de ton amie et au fait qu’elle aurait sûrement apprécié un endroit loin de toute civilisation bruyante. Ce fut donc avec le sourire que tu en apprécias la nouvelle, étirant un peu plus celui-ci d’un air amusé quand tu entendis les quelques paroles de la demoiselle qui semblaient faussement exaspérée.

«  Tu devrais savoir depuis le temps, que je suis pas du genre à abandonner ! »

Comme pour répondre à son sourire moqueur, tu lui tiras doucement la langue, t’approchant à ton tour du tronc de l’arbre pour mieux t’installer dos à celui-ci. Tu avais laissée une distance raisonnable entre toi et Safia pour ne pas l’étouffer et encore moins lui voler son espace vitale. Tu étais assez sensible à cela, aussi, tu faisais toujours attention à ne pas te montrer trop envahissante, même si tu n’en avais jamais l’intention. Fermant doucement les yeux, tu apprécias les mouvements des branches du saule pleureur qui semblait doucement bouger, comme pour montrer qu’il vivait lui aussi. Tu écoutas aussi les paroles de Safia qui étaient comme une jolie mélodie tant sa voix te semblait douce. Tu acquiesças d’un sourire quand tu entendis la belle sabines s’émerveiller sur cet endroit, mais en entendant la suite de ses paroles, tes yeux s’ouvrirent aussitôt, et tu te redressas brutalement, comme si tu avais été piquée par un insecte qui traînait par là.  Tu ne pouvais cacher ta surprise devant cette annonce. Elle était sérieuse ? Elle te proposait vraiment de voyager à ses côtés ? Sur le coup, tu n’avais su comment prendre la nouvelle. Bien sûr tu étais heureuse de cela, mais tu avais comme cette sale impression d’avoir mal compris. Elle te proposait vraiment à toi et à toi seule ? Visiblement oui, car elle ne tarda pas à t’expliquer le pourquoi de cette proposition, où du moins, elle semblait plus penser à toi qu’autre chose, ce qui te touchait, mais tu ne savais quoi répondre. Comme pour camoufler ta gêne, tu te grattas doucement l’arrière de ton crâne, ton visage laissait clairement entendre que tu étais en train de réfléchir à la question. Bien que tu laissas quelques mots sortir hors de tes lèvres.

« Je sais pas trop… »

Tu ne savais pas pour quand elle te proposait cela, mais tu te mis à penser à Laéticie qui elle-même était partie en voyage pour se perfectionner en chant. Il est vrai que tu attendais son retour avec impatience, mais sûrement qu’elle ne t’en voudrait pas si tu partais toi aussi à l’aventure. Après tout, c’était pour cette raison qu’elle avait préférée partir avec d’autres gardes du corps, pour éviter que tu ne centre ta vie que sur sa personne et que tu penses enfin à toi. Et puis, tu aimais aussi beaucoup Safia, et le fais de pouvoir voyager à ses côtés, te permettrait de l’avoir à l’œil. Bon ce n’était sûrement pas dans cette optique qu’elle te proposait cela, mais comme à ton habitude, tu ne pouvais t’empêcher de penser à ceux auquel tu tenais fortement, et Safia, faisait partie de ses personnes que tu chérissais grandement. Tu ne pouvais t’empêcher de vouloir la protéger et au moins comme ça  tu pourrais l’empêcher de faire des folies avec son don de guérison.

« Hum, il est vrai que j’aimerais bien visiter des lieux autres que ceux de Varuna et de ses alentours. Par exemple, j’aimerais bien visiter ta ville natale ! Quand je te vois t’émerveiller pour le peu de verdure qu’il y a ici, je me dis que chez toi, ça doit être plus beau encore. »

Tu te mis alors à rire doucement, non pas pour te moquer de ton amie, mais plus parce qu’en imaginant son comportement tu la trouvais attendrissante. À force de côtoyer la demoiselle tu connaissais peu à peu ses passions et ses goûts. Tu savais par exemple que si tu l’emmenais dans une bibliothèque, elle y restait jusqu’à la fermeture, et qu’il était alors, impossible de la soustraire d’une lecture qui la passionne grandement. C’était un de ses traits de caractère que tu adorais le plus chez elle, la passion. Si tu la lançais sur le sujet, tu savais qu’elle t’en parlerait avec conviction des heures durant, ce que tu trouvais adorable.  

« Puis ça pourrait être amusant de voyager avec toi ! Quoique moins pour toi, car là je serais perpétuellement sur ton dos ! » Tu te mis de nouveau à rire, avant de continuer à parler le plus naturellement du monde. « C’est vrai que ça pourrait être chouette. Je suis sûre que tu es toujours à la recherche de livre qui pourrait enrichir tes connaissances n’est-ce pas ? » Bizarrement tu ne doutais pas de la réponse concernant le sujet, ce qui t’amusa légèrement. «  Tu voudrais faire ça quand exactement ? Tu as une date précise en tête ? »

Tu savais que Safia n’était pas du genre à penser à cela sur un coup de tête, aussi, tu te doutais qu’elle devait avoir choisis un moment pour cela. Enfin du moins, c’est ce que tu pensais, car après tout, tu n’étais aucunement dans la tête de celle-ci, mais tu te doutais qu’au vu de sa fatigue, ce n’était pas pour tout de suite.
 Matsya
Matsya

Messages : 204

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   11/7/2016, 16:37


Ta proposition avait réellement l'air d'avoir fait mouche et cela te fit plaisir à toi aussi. Tu savais que cela ne pouvait être qu'amusant et enrichissant de se lancer dans une telle épopée avec une amie plutôt que seule. Malgré le fait qu'elle te surveillerait en permanence. Bah, tu aurais bien de quoi te venger d'elle si elle venait à t'embêter un peu trop... Car taquiner Calista était une chose très facile à vrai dire. Il ne suffisait que d'un mot bien placé, une tirade bien sentie et voilà qu'elle s'emporte immédiatement, partant au quart de tour pour répliquer. Et cela te faisait réellement rire, à un point qu'elle n'imaginais pas. "C'est le propre des Sabines d'être heureuse proche de la nature je pense... Mais à Silva, la nature est omniprésente, ça change beaucoup de par ici. Tu serais dépaysée au début, mais cela ne pourrait que te plaire, je t'assure !" Oui, malgré tes nombreux voyages et découvertes, l'amour de ton pays restait ancré dans ton être. Ces lieux sublimes, cette architecture si unique en son genre... Il y avait aussi la présence des monstres qui pouvaient s'avérer être problématique, mais tu savais très bien que ça ne ferait pas fuir Calista, bien au contraire.

"Tu me connais, voyons. Toujours à dénicher la moindre petite occasion d'en savoir un peu plus sur le monde. Récemment, je me suis également mis à essayer de trouver d'antiques objets. Les inscriptions qui peuvent parfois y être inscrites sont très enrichissante aussi. Bon, je ne connais pas encore tous les anciens dialectes par coeur, mais petit-à-petit j'avance." Tu n'avais pas répondu à son quolibet, tu ne lui avais adresser que l'un de tes nombreux sourires comme à ton habitude, ces sourires francs qui montraient bien que tu étais heureuse. Quant à une idée de quand cela pourrait se faire... Tu avais bien une petite idée Safia, mais elle te semblait tout de même un tantinet irréalisable. Mais tu ne perdais rien à proposer l'idée, juste comme ça. Au cas où. "Eh bien, pourquoi ne pas me suivre dans les jours qui viennent ? C'est un peu précipité mais c'est à ça qu'on reconnait les grandes aventures. Personnellement, je comptais partir d'ici deux ou trois jours tout au plus." Rien ne disait qu'elle pourrait te suivre mais au moins, l'idée était lancée. Et puis si ce n'était pas cette fois-là, ça serait la suivante. Tu n'aurais qu'à passer plus fréquemment à Varuna pour tenter de la récupérer le plus tôt possible. A l'usure, tu pourrais l'avoir. Et tandis que tu écoutais la réponse de ton amie, l'air se fit plus lourd autour de toi, sa voix lointaine et ta vision, elle, se noircissait petit à petit. La ficelle de soie qui te maintenant encore debout avait rompu par son usure et tu t'effondras sur le sol, sans rien pouvoir faire. Tu n'étais pas réellement inconsciente car tu entendais encore la voix de Calista, comme un murmure dans les abîmes, comme une vague au fond de l'océan. Tu savais qu'elle parlait, qu'elle tentait de communiquer mais tu ne pouvais la discerner plus que cela, comme tu ne pouvais rouvrir les yeux. Et dire que tu ne voulais pas lui montrer cela, éviter qu'elle ne s'inquiète d'autant plus pour toi.
HRP:
 

_________________
 Sabines
Sabines

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   13/7/2016, 23:17

Une amitié de longue date
Au début, tu fus légèrement dubitatif concernant la proposition de voyage de ta chère Safia. Et ce fut donc avec réflexion, que tu réfléchissais à celle-ci, ne voulant pas prendre de décision ni trop hâtive, ni trop légère. Après mûre réflexion, tu jugeas que tu pouvais te permettre cette folie qui te subjuguait tant. Ce voyage te permettrait d’en savoir plus sur ta chère amie, en plus de te permettre de l’avoir à l’œil. Tu ne connaissais que trop bien la générosité de la demoiselle, aussi, tu jugeas que tu serais plus à même de la protéger si tu tentais cette expérience. De plus, cela vous rapprocherez encore plus et te permettrait d’en découvrir un peu plus sur cette mystérieuse Sabines qu’était Safia. Ce fut donc avec amusement que tu l’écoutas parler de sa nature, essayant d’imaginer à quoi pouvait ressembler Silva, la ville natale de ta protégée. Mais tu le savais, l’imagination n’est pas aussi similaire que la réalité, aussi tu décidas de ne pas te faire une image précise dans ton esprit, de façon à mieux apprécier le jour où tu fouleras les terres du continent de Calypso. Dans un sourire tu hochas finalement la tête, montrant à ton amie que tu avais pris conscience de ses paroles. Tout cela te donnait grandement envie, à tel point que tu ne pus t’empêcher de soulever des points concernant la belle Safia, à commencer par son côté mordu de recherche et de découverte. Tu savais qu’elle était du genre à farfouiller dans les bibliothèques des villes qu’elle visitait, passant son temps à lire plus que le commun des mortels. Tu devais bien avouer, ce côté de sa personnalité t’amusait grandement et même si cela n’était pas spécialement intéressant pour toi, tu aimais voir l’expression sérieuse du visage de Safia quand elle se mettait à dévorer des pages et des pages de livre. Cela là rendait plus intrigante et mystérieuse encore, mais ses pensées, tu préféras les garder pour toi, de façon à ce que la demoiselle ne se soucis pas de son comportement.

« Oh ça je sais bien que tu es un vrai rat de bibliothèque. Si je ne te voyais pas avec un livre, je m’inquiéterais. » À ses mots, tu te mis à rire, écoutant avec attention la suite du récit de la belle Sabines. Tu ne pouvais t’empêcher d’être impressionnée par sa détermination, chose que tu ne tardas pas à soulever, dès qu’elle eut fermée ses lèvres. « Whouah… Je dois avouer que tu m’impressionnes beaucoup. Tu es vraiment avide de savoir et de connaissance… Il faudra que tu m’apprennes si tu le veux bien. Ça peut être intéressant d’essayer de comprendre ce que voulait dire nos ancêtres. »

Autant tu n’étais pas mordu de lecture comme Safia, autant tu aimais tout ce qui était reliques anciennes et écriture antique, sauf que jusqu’ici, tu n’avais jamais vraiment pris le temps de t’y intéresser vraiment. Au moins, l’avantage de plus si tu partais avec la jeune femme, c’est que tu pourrais justement trouver ce temps pour t’en occuper enfin, ce qui n’était pas négligeable, bien qu’à tes yeux, ce ne serait pas la raison principale. Rendant son sourire à ton amie, tu l’écoutas de nouveau quand elle te parla enfin de la date que tu attendais tant. Visiblement, elle ne voulait pas traîner et elle semblait tellement pressée de cette escapade qu’elle te proposa de le faire dans le courant des jours à venir, ce qui te laissa une fois de plus perplexe, te demandant si tu pouvais te permettre de partir ainsi sans crier gare.

« Hum… Dans un sens tu n’as pas tort, après tout, les voyages se font souvent sur le pouce et sans crier gare… Mais d’un côté n’est-ce pas un peu beaucoup précipité ? » Comme pour ne pas décevoir ton amie, tu te mis à poursuivre aussitôt. « Non pas que ça me dérange, mais il faudrait que je rassemble quelques affaires pour pouvoir survivre hors de l’eau, j’espère juste que je trouverais tout cela avant ce départ. Puis… » Tu me mis alors à soupirer, préférant oublier cette partie que tu t’apprêtais à dire. Tu devais arrêter de penser à Laéticie, en ce moment ce n’était pas avec elle que tu étais, mais avec ta protégée. « Bref, Tu en penses quoi Safie ? Safie ? »

Ayant pas de réponse de la demoiselle, tu te tournas soudainement vers elle remarquant que ses paupières s’étaient refermées, cachant ses jolis yeux d’ambres. Un peu inquiète tu la secouas doucement, épelant plusieurs fois son nom sans réel résultat. Morphée avait eu raison de la jolie bleutée et en constatant cela tu te mis à soupirer de soulagement, ne retenant pas un sourire amusé sur tes fines lèvres.

« Alala, c’est ça quand on n’en fait trop. Hum… Par contre, je doute qu’elle me fasse qu’une petite sieste… »

Au vu de la fatigue qu’avait accumulée Safia, tu te doutais bien qu’elle risquait de dormir pendant au moins quelques heures, aussi, tu jugeas que cet endroit n’était plus trop approprié pour un repos mérité. Tu te relevas alors, te positionnant auprès de la demoiselle pour pouvoir la porter délicatement, de façon à l’emmener dans un endroit beaucoup plus calme qui était ton chez toi. Il valait mieux l’installer dans un bon lit pour lui éviter des courbatures et ce fut donc avec cette même douceur que tu la transportas dans tes bras tel une princesse, bénissant tes années d’entraînement qui te permettaient de supporter n’importe quelle charge sur un long trajet. Une fois chez toi, tu fus satisfaite de constater qu’il n’y avait personne, profitant de cette tranquillité pour emmener Safia droit dans ta chambre. Sans attendre, tu la déposas dans ton lit, remontant les couvertures jusqu’à son buste pour qu’elle y soit la plus à l’aise possible. Pendant quelques instants, tu l’as regarda dormir d’un air amusé. Elle semblait si paisible, si calme quand elle était ainsi. Tout le contraire de toi qui avait souvent tendance à t’agiter dans tous les sens, à croire que tu étais incapable de te tenir tranquille une seule seconde. Souriant doucement, tu te tournas alors vers tes affaires, décidant de rester auprès de la demoiselle jusqu’à ce qu’elle se réveille. Si jamais elle faisait le tour de l’horloge, tu avais toujours un lit de secours au cas où, donc sur ça, tu ne te faisais pas trop de soucis. Tout ce que tu espérais, c’est que Safia reprenne des forces grâce à ce sommeil réparateur, le reste n’avait que trop d’importance à tes yeux. D’ailleurs, tu te demandais qu’elle réaction la bleutée allait avoir en se réveillant et tout en pensant à celle-ci tu te mis à sourire d’amusement, avant de reprendre ta lecture de ton livre d’art martiaux.


Hrp:
 
 Matsya
Matsya

Messages : 204

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   19/7/2016, 19:45


Ton repos fut pour le moins brumeux, sombre et mouvementé. Tes rêves n'étaient que émotions, sensations et diverses couleurs qui filaient et défilaient sans que tu ne puisses rien faire d'autres qu'endurer tout cela, sagement. Recroquevillée dans un recoin de ton esprit, tout ton passé, tes angoisses te retombaient dessus sans que tu ne puisses rien faire pour y remédier. Une éternité de temps sembla se passer, aussi rapidement que s'écoule une simple seconde et enfin, tu vis la lumière. Enfin, plus précisément un plafond. Tes yeux d'ambre se posèrent sur les environs, aussi délicatement que lentement, la faute à ton trop récent réveil. Tu parvins avec un peu de mal à te redresser et continua ton observation, plus approfondie cette fois. Et là, enfin tu vis Calista, plongé dans un livre qui étrangement, tu t'en doutais, n'éait pas de ceux que tu étais habitué à lire. Et là, tu t'imaginas facilement ce qui avait bien pu se passer. Tu avais dû t'effondrer alors que tu essayais de tenir le plus longtemps possible et, bien sûr, cela avait dû se passer juste sous ses yeux. Toi qui ne voulait pas l'inquiéter inutilement, c'était plus que gagné... La réelle question maintenant était : Depuis combien de temps dormais-tu ? "Calista ?" Ta voix était peu assuré, elle t'arracha même une légère toux. Visiblement, tu étais bien plus fatigué que ce que tu le pensais toi-même. Tu savais, bien sûr, que tu n'échapperais pas aux remontrances de ta camarade. Tu allais même finir par déclarer que oui, tu avais fait usage de ton don et oui, tu lui avais menti. Une situation qui te mettait légèrement mal à l'aise, à vrai dire. Car tu savais pertinemment que ce don était dangereux pour toi et pourtant tu ne pouvais t'empêcher de l'utiliser si le besoin s'en faisait ressentir. "On est où, là ? Et que s'est-il passé ? Je suis navré, j'ai dû être une nuisance pour toi..." Oui, tu ne pouvais pas t'en empêcher Safia. Tu devais t'excuser pour presque tout et n'importe quoi. Ah, que tu aurais aimé être aussi forte que Calista.

_________________
 Sabines
Sabines

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   21/7/2016, 19:02

Une amitié de longue date
Tu attendais tranquillement que la belle Safia se réveille de son doux sommeil. Tu ne savais pas vraiment si celui-ci serait réparateur, mais au moins, il ne pourrait pas faire de mal à ton amie qui semblait plus qu’épuisée. Au fond, tu te doutais bien qu’il n’était pas juste question d’un voyage de nuit, mais tu décidas que tu éclaircirais cette histoire plus tard, quand celle-ci se réveillerait de sa léthargie. Bouquinant un ouvrage sur l’une de tes passions, comme pour passer le temps, tu ne tardas pas à lever la tête à l’entente de ton prénom, tournant immédiatement ton regard sur ton amie qui venait de se réveiller. Au de son état, tu ne te fis pas prier pour t’approcher de celle-ci, lui proposant même un peu d’eau pour lui faire passer sa toux. Tu voulais l’affubler de question à savoir si elle allait bien ou non, si elle se sentait en état, ou même si elle avait besoin de quelques choses, mais tu préféras te taire en te pinçant les lèvres pour le moment. Préférant laisser le temps à la sabines de reprendre doucement ses esprits. Tu l’observas donc pendant un long moment, remarquant que les traits de son doux visage s’étaient affaissés, comme si elle était peinée et qu’elle se sentait coupable. En entendant ses paroles, tu te mis doucement à sourire, comme attendrie. Il fallait toujours que la demoiselle s’en veuille pour rien, surtout que pour le coup, elle n’avait pas été une nuisance à tes yeux. Après tout, chaque personne avait ses faiblesses, même toi qui pourtant essayait de se montrer forte au maximum.

« Tu es chez moi ! Dans ma chambre plus précisément. J’ai dû t’assommer avec mes paroles ennuyantes ! À tel point que tu t’es endormie comme une bien heureuse. »

Tu te mis donc à rire, marquant par la même occasion que tes paroles n’étaient pas sérieuses. De plus, tu te doutais que ce n’était pas le genre de Safia d’agir ainsi. Elle était bien trop courtoise et gentille pour cela. Puis, comme un pour faire ressaisir la jeune femme, tu lui attrapas les joues de tes deux mains, tirant doucement celle-ci plusieurs fois, avant de lui faire une bref morale sur ce qu’elle venait de dire un peu plus tôt.

« Pourquoi tu t’excuse encore ? En aucun cas tu as été une nuisance ! Alors arrête de penser ça non mais oh ! »

Cette fois, tu tiras doucement ses joues vers le haut, de façon à lui dessiner un sourire ce qui t’amusa grandement, avant de relâcher enfin celle-ci. Bon ça avait du faire un peu mal, mais au moins elle espérait que ce geste suffirait à faire prendre conscience à Safia qu’elle s’inquiétait pour rien. Car le plus important à tes yeux s’était de voir qu’elle était en bonne santé, enfin du moins en partie, car tu voyais bien que ton amie était encore engourdie par le manque de sommeil. Croisant les bras, tu décidas qu’il était temps maintenant de lui faire cracher le morceau sur son état, et c’est donc en te penchant un peu plus sur elle que tu essayas de capter son regard d’ambre, montrant tout le sérieux dont tu étais capable d’avoir. Tu comptait bien ne pas la laisser se défiler, ni de te mentir à nouveau, et vu que vous étiez seules toutes les deux, la sabines aurait peut-être un peu moins de mal à se confesser qu’en publique.

« Bon sinon… Tu n’as pas quelques choses à m’avouer à tout hasard ? Comme le fait d’avoir fait l’usage de ton don, alors qu’il est dangereux pour toi de le faire ? »

Comme pour mieux marquer ton autorité, tu fronças légèrement les sourcils. Peut-être était-ce aussi de ta faute si Safia n’avouait jamais clairement l’usage de son don devant ta personne. Après tout, tu avais toujours la sale manie de lui faire des remontrances à ce sujet. Tu étais inquiète certes, mais peut-être que cela était aussi invivable pour la demoiselle qui te faisait face. Prenant conscience de ce cas de figure, tu te mis à soupirer longuement, affichant un air un attristée sur ton visage d’habitude guilleret. Tu te grattas aussitôt l’arrière de ta tête, semblant gênée par la situation. À tel point que tu n’osas pas regarder ton amie dans les yeux quand tu lui adressas la parole.

« Je suppose que c’est en partie de ma faute si tu n’as pas voulus me le dire… Faut dire je n’arrête pas de te remonter les bretelles quand je sais que tu as fait utilisation de ton don… Mais… Quand je vois dans l’état dans laquelle ça te met, bah… Ça m’inquiète. Je ne veux pas qu’il t’arrive malheur ou que tu meures à cause de cela… » Ton visage s’empourpra alors, montrant que cela te gênait un peu d’avouer ses choses là. « Bon cette fois, promis, je te ferais pas la morale, mais promet-moi au moins de faire plus attention à toi Safie. Je sais que pour toi c’est parfois primordiale d’en user, mais s’il te plait… Pense à toi aussi ou alors à défaut de penser à toi… Pense aux gens qui t’aimes… »

Sur ses dernières paroles, tu te grattas une nouvelle fois la tête, ton regard tournée sur le côté. Tu n’avais pas trop pour habitude d’énoncer ce genre de parole, mais tu avais l’impression qu’il était important que tu le fasses, ne serait-ce que pour faire prendre conscience à Safia de ce que tu en pensais réellement.

 Matsya
Matsya

Messages : 204

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une amitié de longue date || Pv: Safia   

Contenu sponsorisé


 
Une amitié de longue date || Pv: Safia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» - Vielles peaux (eu copines de longue date) - PV
» JULIAN SCHRATTER ✄ Adrian | Collègue de longue date (Réservé)
» [M/Libre] ryan reynolds - Ami de longue date
» Le début d'une longue amitié ! Oupas. (Mais-peut-être-quand-même.) [Pv: Shu]
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fly High :: Aquarium-
Sauter vers: